Ann Bessemans : recherche sur la lisibilité des polices de caractères

Ann Bessemans, designer et professeur belge à l’école de design PXL-MAD de Hasselt, a réalisé en 2012 une thèse (« Type Design for Children with Low Vision ») sur les paramètres qui permettent à une police de caractère d’être plus lisible, spécifiquement pour des enfants qui ont des problèmes de vision ou qui sont dyslexiques.

Un article en anglais en explique la base :
this research aims at finding a meaningful sense of legibility within the context of low vision children and seeks to examine which typographical design parameters can influence the legibility for beginning readers with low vision.

Un fichier pdf mis en ligne explique en détail sa problématique…

Voici le lien d’une conférence en anglais à la TYPO de Berlin en 2013 qui parle de sa police de caractères Matilda :

Matilda-kenmerken-Ann-Bessemans

Cette police de caractère est en développement et sera bientôt commercialisée.

Une autre conférence d’Ann à l’ATypI est disponible sur Youtube, « Rhythm and Reading Comfort« , et une troisième de TEDx, « xTreme Type Design« , est très intéressante également.

Un article en néérlandais évoque également les typos créées à l’intention des dyslexiques et montre d’autres exemples…

Création de polices avec variations de lettres : une approche pour rejoindre le lettrage manuel

Un problème récurrent pour les lettreurs en bandes dessinées, ou pour les dessinateurs qui font eux-mêmes leur lettrage de façon numérique avec leur typo, est que ces polices numériques sont… trop régulières, qu’elles manquent de cette variété qui est le propre d’un lettrage manuel.

Alors pour ceux qui veulent le beurre et l’argent du beurre, soit la rapidité du lettrage numérique et le côté aléatoire d’une écriture manuscrite, voici une méthode simple.

Elle vient au départ de mon collègue Jean-Paul Aussel qui, lors d’une conversation avec Ségolène Ferté, qui fait notamment le lettrage de Black Sad , lui expliquait qu’elle numérise les lettrages puis introduit des variations.

Mais comment gérer ces variations ? Une façon simple est de mettre deux dessins différents de la même lettre, l’un dans la capitale, l’autre en bas-de-casse.

Voici ce que donne en FontLab la police de Jean-Paul Aussel avec ses variations simples entre Caps et bdc :

police aussel

Si l’on travaille sur Macintosh, on a même accès directement à 4 variations possibles, la lettre de base, sa majuscule, puis les mêmes avec la touche ALT enfoncée :

clavier mac

que l’on peut atteindre avec les combinaisons suivantes de touches :

touches

Sous Windows cette manipulation est moins pratique puisqu’il faut se souvenir du code correspondant à la lettre (alt-145 pour æ par exemple).

Et pour introduire le côté aléatoire d’une façon automatique dans les redoublements de lettres, on peut imaginer une suite de rechercher-remplacer qui remplace par exemple les séquences mm par Mm, cc par c© ou cC etc  — ce qui peut être facilement compilé en un script en InDesign.

 

Ressources :

Au sujet de la différence entre le lettrage par ordinateur et le lettrage manuel, un article chez Comicalités reprend toute la difficulté de rendre naturel ce qui ne l’est pas, avec les problèmes que cela amène… en parlant également de son corollaire, le texte traduit en BD. J’en cite un passage :

Je comprends, désormais, ce qui me semble opaque, illisible, dans le lettrage mécanique de la traduction de L’Art de voler. Quand je lis la version française, c’est-à-dire la version mécanique, j’ai l’impression qu’on a arbitrairement collé sur l’espace de la vignette des portions d’espace exogènes. Le texte flotte, ignorant du dessin qu’il recouvre et encombre. Composé sur écran, plus ou moins habilement adapté au format de l’espace qui va l’accueillir, il ne rencontre certes plus le problème du « retournement » de la page imprimée ancienne : mais, préparé sur un ordinateur, et ensuite mis au format, il n’acquiert nulle part dans cette opération l’épaisseur de l’inscription spatiale, ni l’épreuve de la temporalité du geste qui le trace. La régularité de son module n’est pas le résultat d’un effort de la main : c’est une simple donnée de la composition typographique, qui a disposé les uns après les autres des caractères tous identiques et tous anonymes. Dans la vignette, l’espace que ce texte neutralisé s’apprête à occuper se trouve destitué de sa nature graphique pour être assigné arbitrairement à une identité nouvelle, celle d’une surface « maquettable », d’un « blanc » à occuper, à investir.

La mise à l’échelle optique des caractères suivant la force de corps utilisée est une autre façon de compenser le côté mécanique du lettrage.

Création d’une police numérique pour Christian Durieux, auteur de BD

Dans ma nouvelle formation sur la création de polices de caractères, parue en juillet 2014 chez Vidéo2Brain il est souvent question d’une police de caractères d’un ami, auteur de bd nommé Christian Durieux.
Cette police a effectivement été créée, non pas à l’occasion de la formation mais parallèlement.

Voici le scan que j’avais reçu  :
01_02_Lettrage-Christian-Durieux
Bien sûr, manquent ici les chiffres, les signes de ponctuation etc ; j’ai heureusement plusieurs albums de cet auteur et j’ai rapidement complété par des numérisations de certains lettrages.
Après passage en Illustrator puis FontLab, la typo est utilisable dans InDesign, dans des bloc-textes de bulles.

Voici un extrait actualisé dans quelques bulles d’un de ses livres, Benito Mambo, récemment réédité  chez Futuropolis :
3bandes_chris

Le chapitre « Réaliser le lettrage dans les bulles avec InDesign » de ma formation explique bien comment réaliser cela.